mardi 26 février 2013

Le sang des maudits de Leighton Gage


Si mes connaissances et mon appréciation du thriller croissent de jour en jour, je ne connaissais encore rien du thriller brésilien. C'est désormais chose faite avec la découverte du roman Le sang des maudits, oeuvre de l'écrivain Leighton Gage, américain de nationalité mais brésilien de coeur, qui signe là un thriller terrifiant, réaliste et fascinant.

Oubliez tout ce que vous imaginez du Brésil
Que peut lier la mort de l'évêque Dom Felipe, assassiné d'une balle dans la tête alors qu'il bénissait la nouvelle église de Nossa Senhora dos Milagres, et la découverte, quelques mois plus tôt à quelques kilomètres de là, du cadavre d'un activiste du Mouvement des Sans Terre, attaché à un arbre et atrocement mutilé ? C'est à l'inspecteur fédéral Mario Silva et à son neveu Hector qu'il revient de résoudre cette affaire qui va les mener au coeur d'une lutte sanglante entre un cartel de gros propriétaires terriens, les syndicats d'ouvriers agricoles et une police locale qui agit en fonction de ses intérêts propres.

Si la couverture du livre représente l'image bien connue du Christ Rédempteur, trônant fièrement au faîte du mont Corcovado à Rio de Janeiro, l'intrigue du Sang des maudits, elle, met en scène un Brésil beaucoup moins attirant que cela. Oubliez le carnaval, les belles filles et les plages de sable fin et entrez dans les favelas de São Paulo. On découvre, à la lecture de ce roman, la face beaucoup moins glamour de ce pays gigantesque, une société violente où les règlements de compte sont légion, où la loi ne fait pas le poids face à la corruption qui règne en maîtresse absolue dans la justice, la police, et jusque dans le clergé.

Un page turner aux détails crus
Âmes sensibles s'abstenir : l'intrigue est bourrée de scènes à la limite de l'insoutenable, de descriptions crues et sanglantes écrites avec un réalisme à couper le souffle. Malgré tout, on en redemande grâce à l'excellent sens du rythme dont l'auteur a marqué le récit : scène après scène, on se prend au jeu et il est littéralement impossible d'interrompre la lecture, tant l'intrigue est prenante. En y ajoutant un style fluide, sans longueurs et agrémenté d'expressions portugaises très authentiques, le dépaysement est total et le plaisir entier.

Au centre de l'affaire, l'inspecteur Mario Silva apparaît comme l'un des rares personnages à se préoccuper de la justice pour les autres, et pas seulement pour soi. Plusieurs flashbacks permettent au lecteur de s'attacher à cet homme en apparence peu sympathique, mais dont le passé et les blessures profondes font de lui un flic juste, hanté par l'équité.

J'ai adoré ce thriller à l'intrigue captivante et très originale, basée sur des faits réels qui font froid dans le dos. Servi dans un style vif et direct, je recommande vivement ce roman à tous les amateurs de sensations fortes.

Le sang des maudits de Leighton Gage, Editions Télémaque (collection Entailles), 2012, 359 pages

2 Commentaires :
  1. Comme à l'accoutumé tes chroniques sont un véritable délice, bon, à force, j'ai compris que tu étais une vraie sanguinaire :-) je ne connais pas trop mes limites par rapport à ce genre de sensations fortes mais je veux bien les tester, je me suis d'ailleurs inscrite au baby challenge Thriller, ceci dit en version cinématographique j'adore les films d'horreurs et d'épouvantes, je note ton livre, et je garderai chéri éveillé au cas ou ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hihi, oui j'ai un côté sanguinaire !! Ce qui est drôle, c'est que la violence m'attire dans les livres, alors qu'à l'écran la moindre goutte de sang me fait frémir. Tu ne m'emmènera jamais voir Saw ou un film du genre (mon chéri a déjà dû batailler pour me faire regarder The Walking Dead, que j'adore finalement, mais dont je ne voulais pas entendre parler au début) XD

      Supprimer