dimanche 10 janvier 2016

La septième fonction du langage de Laurent Binet, quand burlesque et insolence donnent un roman génial

Lors de la dernière rentrée littéraire, La septième fonction du langage a tout de suite attiré mon attention pour deux raisons : la première, c'est son auteur, Laurent Binet, dont j'avais adoré le premier roman HhHH. La seconde, c'est parce que ce nouveau livre tournait autour de la vie et de l'œuvre de Roland Barthes. Il n'a pas déçu mes attentes, loin de là.



La septième fonction du langage de Laurent Binet, quand burlesque et insolence donnent un roman génial
Roland Barthes est l'une des grandes figures du paysage intellectuel français de la deuxième moitié du 20ème siècle, qui a beaucoup travaillé sur le langage, et plus particulièrement sur la sémiotique, c'est-à-dire l'étude des signes. J'ai pas mal étudié ses ouvrages tout au long de mes études, et notamment ses fameuses Mythologies qui m'ont toujours plu.

Quand j'ai reçu La septième fonction du langage dans le cadre des Matchs de la rentrée littéraire (#MRL2015) organisés par Priceminister, j'étais donc ravie, et je n'ai pas été déçue.

Un pastiche de roman policier à la sauce Barthes
Dans ce roman, le point de départ est simple : et si Roland Barthes, décédé le 26 mars 1980 après avoir été renversé par une camionnette quelques semaines plus tôt alors qu'il sortait d'un déjeuner avec François Mitterrand (à l'époque candidat aux présidentielles), avait été assassiné pour avoir tenté de garder secret un manuscrit caché qui aurait pour effet de rendre n'importe quel discours immédiatement convaincant ?

Cette intrigue peut fortement rappeler Le nom de la rose d'Umberto Eco, et cela n'est pas innocent. Car dans ce roman loufoque et insolent, Laurent Binet s'amuse à détourner les codes du roman policier et d'espionnage en mettant en scène un flic réac accompagné d'un jeune professeur d'université de gauche, chargés d'enquêter au sein de l'intelligentsia parisienne. On y croise des personnages fictifs comme réels, dont certains font encore partie de la scène intellectuelle et politique passée et actuelle : Louis Althusser, Gilles Deleuze, Jacques Derrida, Philippe Sollers, Bernard Henri-Lévy, Umberto Eco, François Mitterrand, Valéry Giscard d'Estaing, Jack Lang, Laurent Fabius et j'en passe.

L'auteur met en scène tous ses personnages dans des situations cocasses, voire souvent burlesques, le tout avec un ton plein d'humour et d'insolence, sur fond de références bien documentées aux œuvres de Barthes et des grands intellectuels de l'époque. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé la porosité entre la réalité et la fiction avec laquelle Laurent Binet s'amuse beaucoup.

Je vous préviens néanmoins : La septième fonction du langage peut être clairement déroutante pour le lecteur qui lirai ce roman au premier degré. Il faut bien comprendre que cet ouvrage est le terrain de jeu de Laurent Binet qui a cherché à s'amuser avec le courant structuraliste et sémiologique, le roman policier et d'espionnage et toute cette galerie de personnages fictifs et réels au potentiel burlesque fort prononcé. Lisez donc ce livre comme un jeu, sinon il vous déplaira. Pour ma part, je trouve le cocktail plutôt réussi.

La septième fonction du langage de Laurent Binet, Grasset, 2015, 495 pages
Laisser un commentaire :
Enregistrer un commentaire