samedi 2 janvier 2016

La mort en tête de Sire Cédric

Cela faisait plus de 3 ans que je ne m'étais pas replongée dans les aventures d'Eva Svärta et Alexandre Vauvert ! Il était temps de reprendre le train en marche et de lire le dernier tome de la série : La mort en tête.


Après les terribles événements qui clôturaient le seconde tome de la saga, Le premier sang, Alexandre et Eva font toujours équipe, en uniforme comme à la ville : pour construire leur vie de couple, Alexandre passe tous les week-end chez Eva, enceinte de quatre mois. Tout pourrait aller pour le mieux si elle n'était pas appelée sur une sombre affaire de d'exorcisme qui a mal tourné, provoquant la mort d'un enfant. Là, elle rencontre un journaliste vedette, Dorian Barbarossa, qui brûle la vie par les deux bouts depuis qu'il a reçu une balle dans le crâne. Mais elle croise aussi la route d'un terrible prédateur qui n'a plus qu'une chose en tête : la traquer jusqu'à ce que mort s'ensuive.

Pas de doute, tous les ingrédients qui font le succès des romans de Sire Cédric sont bien là : une intrigue à mi chemin entre réel et surnaturel, des personnages hauts en couleurs, un rythme effréné et un style nerveux qui accroche le lecteur. Sire Cédric fait là honneur à son modèle Stephen King en imaginant un psychopathe absolument incontrôlable, dans la lignée d'une Annie Wilkes (Misery) ou d'un Mr Mercedes.

Certaines scènes sont d'ailleurs assez chargées en hémoglobine, et je me suis surprise à avoir carrément peur lors d'une scène récurrente liée à la grossesse d'Eva. Au vu des cauchemars qui m'ont prise, croyant clairement mon bébé menacé, ce malaise me fait dire que La mort en tête n'est pas forcément le meilleur choix de lecture quand on est enceinte.

Malgré tout, cette fois-ci, la magie a moins opéré qu'à l'accoutumée : je commence à me lasser de Svärta et Vauvert, de leur insubordination, de leur incapacité de traiter avec quiconque qu'eux et leur collègue et de leur instinct de flic qui ressemble de plus en plus à une grosse ficelle mal dissimulée. La mort en tête a beau être un thriller efficace mettant en scène un psychopathe intéressant (car totalement flippant), je reste sur ma faim.

La mort en tête de Sire Cédric, Pocket, 689 pages, 2015
2 Commentaires :
  1. J'ai découvert Sire Cédric avec La mort en tête et j'ai adoré. Il fait partie de mes références en thriller français.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te conseille alors de lire les autres épisodes de la saga Svarta/Vauvert qui sont excellents !

      Supprimer