jeudi 13 septembre 2012

Dôme, tome 2, de Stephen King


Je vous racontais, il y a quelques semaines, avoir lu mon premier Stephen King avec le tome 1 de Dôme et avoir particulièrement aimé ce huis clos à l'ambiance cruelle et malsaine. Je n'ai pas résisté longtemps à l'envie de connaître la suite, et j'ai donc dévoré le tome 2.

L'intrigue reprend exactement là où l'avait laissée Stephen King, dans les magouilles politiques sur fond de meurtres et d'intimidations. L'auteur met en scène une réalité cruelle, brutale et résolument malsaine. Le sentiment qui domine à la lecture est que la vie est sacrément difficile sous le Dôme et que, pour rien au monde, on aimerait être coincé à Chester's Mill.

Alors que l'intrigue du tome 1 tournait principalement autour de la gestion et du rationnement des ressources, le second tome met en scène les interrogations des personnages sur la nature du Dôme et l'intrigue prend un tournant résolument fantastique, surtout à la fin du roman. Un fin qui m'a semblé bien trouvée mais assez facile, et qui aurait mérité, selon moi, plus de détails et d'explications.

On retrouve dans ce tome les personnages emblématiques de la première partie : Barbie, Big Jim Rennie, Junior, la bande de "policiers voyous" et les habitants les plus impliqués dans l'intrigue. Barbie est beaucoup plus effacé que dans le premier tome, pour des raisons que je ne peux exprimer sans dévoiler un gros morceau de l'intrigue. Ce tome met également en scène des personnages qui étaient assez peu développés jusqu'à présent, tels que Philip "Chef" Bushey ou Andy Sanders. Enfin, le côté brutal, cruel et manipulateur de Big Jim Rennie, deuxième conseiller aux commandes de la ville, est particulièrement accentué par l'auteur, qui en fait un personnage plus détestable que jamais.

Le style de Stephen King reste très dense mais plutôt agréable, même si j'ai plus souffert, dans ce tome, des quelques longueurs et de la profusion de personnages que dans le tome précédent. Dôme est un (gros) roman que j'ai beaucoup aimé lire et qui me donne envie de découvrir d'autres oeuvres de Stephen King, mais que je déconseille aux âmes les plus sensibles.

Dôme de Stephen King, Albin Michel, 2011, 565 pages

Laisser un commentaire :
Enregistrer un commentaire