mercredi 18 juillet 2012

Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines, de Pierre Thiry


Quatrième de couverture :
A cette époque, Montceau-les-Mines était bien différent d'aujourd'hui. 
— Oui, on sait déjà tout ça !!! répondrez-vous. 
C'était la campagne, il n'y avait personne à part quelques lapins, il ne se passait rien du tout... Ce n'est pas si simple, il se passait même bien des choses. Il y avait Arthur, Theobald et Justin, il y avait aussi la belle Ermelinde, il y avait encore... Isidore, il y avait enfin... 
Mais je ne vais pas vous raconter toute l'histoire maintenant, il faut aussi ouvrir le livre et lire Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines alors vous apprendrez des choses qui vous étonneront peut-être. A cette époque, Montceau-les-Mines scintillait de poésie.


Mon avis :
Il y avait plusieurs années que je n'avais pas lu un conte illustré, et j'avais oublié à quel point les contes renferment de poésie. Car dans son petit conte, Pierre Thiry fait la part belle à la poésie, présente partout et aimée de tous : Arthur, Theobald et Justin, pour séduire la princesse Ermelinde, rivalisent de créativité pour composer les plus beaux poèmes qui feront chavirer le coeur de la belle hermine. 

J'ai particulièrement aimé la morale que renferme ce conte, inhabituelle à mes yeux. Car Isidore Tipéranole... est un véritable éloge de la lenteur, une ode au carpe diem. Dans un monde où tous sont plus pressés les uns que les autres, où chacun court après le temps et fait la chasse à la perte du temps, je trouve cette morale tout à fait nécessaire. Le fait de ne pas prendre son temps n'engendre-t-il pas la violence, à l'image du gardien Isidore Tiperanole qui, parce qu'il cherche à tuer le temps, tire des coups de feu dans tous les sens ? Ce petit livre donne à méditer sur la question.

J'ai beaucoup aimé l'écriture un peu naïve, façon conte, de l'auteur, qui n'hésite pas à jouer avec de nombreuses références. Les clins d'oeil à La recherche du temps perdu de Proust sont légion. Les illustrations exécutées par Myriam Saci apportent de la fraîcheur à l'ensemble, et l'on regrette que le conte ne soit pas entièrement illustré. Il gagnerait à être adapté en album.

Vous l'aurez compris, j'ai beaucoup aimé ce petit conte méconnu qui plaira aux grands comme aux petits, dès 6 ou 7 ans.

Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines, Pierre Thiry, illustré par Myriam Saci,  éditions Books On Demand, 2011, 68 pages

Je remercie chaleureusement l'auteur Pierre Thiry pour ce partenariat.

Pour en savoir plus sur Pierre Thiry :

Laisser un commentaire :
Enregistrer un commentaire